Les congressistes ont eu la chance d’assister à la conférence de M. Baptiste Gatouillat, vice-président de Jeunes Agriculteurs et producteur de céréales, betteraves, oléagineux et autres cultures de plein champ en France. Au fil de sa présentation, ils ont trouvé écho à ce qu’ils vivent au quotidien. En effet, les agriculteurs européens font face aux mêmes problématiques que les agriculteurs d’ici : demandes sociétales grandissantes (augmentation de la qualité des aliments vs prix de plus en plus bas), « agribashing » pour l’environnement, manque de soutien financier, profits aux distributeurs plutôt qu’aux producteurs, détresse psychologique des agriculteurs et faible présence de relève agricole. On y vit également une déconnexion entre le monde urbain et le monde rural; les citadins connaissent mal le travail des agriculteurs, y voient plusieurs éléments dérangeants, au niveau environnemental par exemple, et s’imaginent que les pratiques pourraient être changées en un clin d’œil. Les Jeunes Agriculteurs souhaitent reconnecter cette population avec eux; refaire le lien entre les citoyens, l’agriculture, l’alimentation et la gastronomie, et ce, par des communications positives.

Par ailleurs, M. Gatouillat expliquait qu’en France, seuls 6,5 % des agriculteurs ont 35 ans et moins, et 30 % des agriculteurs français partiront à la retraite d’ici 10 ans. Ils se retrouvent donc devant un important défi concernant la relève. Aussi, il a abordé les activités tenues au quotidien par les Jeunes Agriculteurs pour le renouvellement des générations, et a présenté les résultats positifs obtenus.

Les Jeunes Agriculteurs se mobilisent pour la reconnaissance de leur travail et pour recruter d’autres jeunes en les soutenant financièrement et en leur offrant un accompagnement personnalisé. Il en ressort que 95 % des jeunes ayant réalisé un plan de professionnalisation personnalisé et un plan d’entreprise, des services offerts par l’organisme, sont encore agriculteurs cinq ans plus tard. Pourrions-nous y trouver des pistes de solutions pour solliciter une relève au Québec? Du moins, nous retenons de cette intervention de M. Gatouillat qu’il faut favoriser les échanges plutôt que la concurrence internationale, entre producteurs agricoles.

L’organisme Jeunes Agriculteurs a été créé autour de plusieurs missions, qui sont encore aujourd’hui au cœur de ses actions : défendre les intérêts des jeunes agriculteurs et ceux qui sont en phase d’installation, proposer des idées novatrices pour l’avenir, former les futurs responsables syndicaux, communiquer sur le métier d’agriculteur et animer le milieu rural. Visitez le site de Jeunes Agriculteurs pour plus d’information.