Mot du président général de l’UPA


 

Chers amis,

Le Québec change, c’est dans l’ordre des choses. L’implication soutenue de femmes et d’hommes passionnés, portés par des convictions qui nous unissent, demeure toutefois au cœur des fondements de notre organisation.

Cette année, 42 personnes, dont 5 femmes, ont franchi le cap des 25 ans d’implication. C’est un accomplissement remarquable et nous exprimons toute notre reconnaissance à ces gens qui, au fil des ans, portent la cause des agricultrices et des agriculteurs du Québec.

Ces personnes se démarquent par leur implication et les valeurs qu’elles choisissent d’appuyer activement. Ces valeurs qui sont le respect, la solidarité, l’action collective, la justice sociale, l’équité et la démocratie en disent long sur la qualité de celles et ceux que nous souhaitons remercier.

C’est inestimable pour une organisation comme la nôtre de pouvoir compter sur des femmes et des hommes qui croient fermement qu’ensemble on peut faire la différence. À titre de président de l’Union, je les remercie de leur implication dans la défense des intérêts des productrices et producteurs. Je remercie également leur famille et leurs proches qui, par leur compréhension et leur appui, permettent un tel engagement.

MERCI !

Marcel Groleau


Hommages

  ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

« Mon implication m’a permis de défendre mes droits et ceux de mes confrères en étant juste et équitable envers tous, petites ou grosses entreprises. »

Claude Allen

Dans le but de défendre les intérêts des agriculteurs et partager ses opinions en matière d’agriculture, monsieur Allen s’est impliqué dans le syndicat local de l’UPA de Rouyn-Noranda en 1993, puis est devenu vice-président en 2014. Membre du conseil d’administration des Producteurs de lait d’Abitibi-Témiscamingue depuis 2006, il aime pouvoir y discuter de dossiers concrets touchant sa production. Il est particulièrement fier d’avoir participé, avec le syndicat, à la mise en place du Programme d’aide au démarrage en production laitière, dont l’idée est née en région. Producteur laitier à Rouyn-Noranda, il trouve nécessaire de défendre les acquis tant pour les agriculteurs en place que pour la relève agricole. Honnêteté et respect de la confidentialité sont des valeurs importantes pour lui à titre d’élu.

 

  ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

« On est toujours mieux servis par nous-même, travailler ensemble demeure le meilleur moyen de faire valoir nos besoins. »

Ghislain Galarneau

Ghislain Galarneau a acquis la culture syndicale dès son jeune âge, son père étant engagé dans l’organisation. Dès qu’il a obtenu des parts de la ferme familiale, en 1990, il s’est impliqué au syndicat de base Est de l’Abitibi dont il a occupé la fonction de président, de 2005 à 2012, jusqu’à la fusion pour former le syndicat local de l’UPA d’Abitibi, où il poursuit son implication à titre de vice-président. Producteur de lait et de céréales à Barraute, il s’implique afin que l’agriculture continue de se développer dans les secteurs qui vivent des difficultés en raison des multiples réglementations. Il est particulièrement fier d’avoir collaboré au Programme de drainage des terres pour l’Abitibi-Témiscamingue.

 

 ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

« J’ai pu me tenir au courant et informer les autres agriculteurs qui ne sont pas impliqués dans l’organisation. »

Aldé Hamelin

Monsieur Hamelin a débuté son implication au syndicat de base Nord Abitibi en 1993. Il était curieux de voir ce qui s’y passait et il souhaitait être informé des dossiers. Éleveur de bovins de boucherie de 1990 à 2004, il est maintenant producteur de grains à La Sarre. Il est devenu membre du conseil d’administration des Producteurs de grains d’Abitibi-Témiscamingue en 2014. Il siège également à la fédération régionale à titre de représentant d’autres productions végétales, depuis 2014. Depuis trois ans, il effectue des visites de silos pour les producteurs inscrits au Programme de paiement anticipé. Pour lui, le plus important est de conserver les petites productions et que les agriculteurs et agricultrices obtiennent un meilleur revenu.

 

BAS-SAINT-LAURENT

Firmin Paquet

« Notre région au climat plus nordique nous donne certains avantages… À nous de les saisir! »

Firmin Paquet

Producteur de grains dans la Matapédia, Firmin Paquet a fait ses débuts dans le syndicalisme agricole en s’impliquant au syndicat de cultures commerciales dont il a assumé la présidence pendant presque deux décennies. Ardent défenseur de la production, il a contribué à son développement avec la création d’un regroupement pour la tenue de colloques sur les céréales à paille et canola ainsi que la mise en place du projet mobilisation visant à améliorer la rentabilité des entreprises. Il est reconnu pour ses idées innovatrices et pour son aplomb dans ses prises de position. C’est un homme de conviction qui sait gagner la confiance de ses pairs. Engagé encore aujourd’hui au niveau du syndicat local, il continue de croire aux possibilités de sa région.

 

 CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Martin Auclair

« L’UPA m’a permis de rencontrer des gens passionnés. C’est en travaillant ensemble qu’on peut changer des choses et bien représenter les agriculteurs. »

Martin Auclair

M. Martin Auclair a toujours été préoccupé par les différents enjeux du secteur agricole. Il a commencé ses activités en s’impliquant au niveau de la relève agricole et ensuite avec le Syndicat de l’UPA de Fossambault. Encore aujourd’hui, il s’investit auprès de l’UPA de Québec, Jacques-Cartier et des Producteurs de lait de la Capitale-Nationale-Côte-Nord. Ardent défenseur de la continuité de l’agriculture dans un contexte périurbain, il prône la protection des terres et des activités agricoles. Disponible et authentique, il a toujours su exprimer adéquatement la réalité des producteurs agricoles auprès des élus et des citoyens.

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Denis Bédard

« Mon implication a été motivée autant par l’amour des gens de notre collectivité agricole et forestière que par la défense de ses intérêts. »

Denis Bédard

M. Denis Bédard a commencé ses activités en tant qu’administrateur au sein du Syndicat horticole de la région de Québec. En 1999, il a été élu pour siéger au niveau de son UPA locale. Il y siège encore aujourd’hui. Vice-président de l’UPA de Québec, Jacques-Cartier, il a toujours milité pour la protection des terres agricoles et cela, avec beaucoup de vigueur dans un contexte périurbain où les terres agricoles sont très convoitées pour d’autres usages. Engagé et passionné, il prône les relations sociales harmonieuses et collabore avec plusieurs influenceurs issus des milieux urbains pour faire valoir sa vision d’une « ville verte nourricière ». Les enjeux de la relève et du transfert des entreprises agricoles sont également des dossiers qui lui tiennent particulièrement à cœur.

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Mario Delisle

« C’est d’abord par curiosité que je me suis impliqué dans l’UPA. Rapidement, j’ai trouvé mon implication enrichissante et je n’ai jamais arrêté. »

Mario Delisle

M. Mario Delisle a fait un court passage au sein de la relève agricole avant de siéger comme administrateur auprès du syndicat de base du Centre-de-Portneuf, dans le début des années 90. M. Delisle est un homme rassembleur et charismatique, ce n’est pas pour rien qu’il a été élu président de son syndicat local à deux reprises. Toujours très investi, il a siégé à différentes instances, dont l’exécutif de sa fédération régionale et diverses tables de travail agricole dans la MRC de Portneuf. Récemment, c’est auprès des producteurs de bovins de la Capitale-Nationale-Côte-Nord que M. Delisle a ajouté une implication additionnelle à son parcours.

 

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Joachim Dufour

« L’UPA me permet de défendre l’agriculture dans ma région et valoriser nos produits régionaux. »

Joachim Dufour

M. Joachim Dufour siège au conseil d’administration de l’UPA locale de Charlevoix-Est depuis le début des années 90. M. Dufour vient d’une famille agricole qui est reconnue pour son amour des produits régionaux. Il est un travailleur acharné qui s’investit sans compter et croit fermement en l’avenir de l’agriculture dans la région de Charlevoix. Fidèle à ses engagements, il ne manque jamais l’occasion de prêter main-forte lorsque nécessaire. L’UPA de Charlevoix-Est peut toujours compter sur la disponibilité et l’implication de M. Dufour lors des activités organisées par le syndicat local. Sympathique et enthousiasme, M. Dufour est un administrateur très apprécié de tous.

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Louis Gosselin

« J’ai toujours cru que le travail collectif serait profitable à toute la filière; la chambre de coordination en est le résultat concret. »

Louis Gosselin

M. Louis Gosselin a commencé son implication à l’Union en tant qu’administrateur au sein du Syndicat horticole de la région de Québec et l’UPA locale de l’Île d’Orléans. Il s’est également impliqué au niveau de la Fédération des producteurs maraîchers du Québec jusqu’à la création de l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec où il siège encore aujourd’hui. Rassembleur, solidaire, et entrepreneur à succès admiré de tous, il travaille d’arrache-pied depuis 20 ans pour élargir la famille des fraises et framboises du Québec. En plus de présider la Chambre de coordination et de développement du secteur avec les partenaires de la distribution, ce perfectionniste méticuleux est devenu l’expert incontesté de la qualité du secteur.

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Gilles Grandbois

« L’UPA me permet de rencontrer d’autres producteurs et de développer un sentiment d’appartenance avec eux. »

Gilles Grandbois

À la sortie de l’école, M. Gilles Grandbois a été attiré par les défis et enjeux de la relève agricole et il est rapidement élu président de son association de relève locale de Portneuf. Par la suite, il siège à titre d’administrateur au conseil d’administration du syndicat de base de Portneuf-Ouest. Depuis le début des années 90, il a toujours été impliqué auprès de l’UPA locale afin de défendre les intérêts des producteurs. De plus, sa passion pour l’agriculture l’amène à vouloir s’impliquer à la Table de concertation agroalimentaire de la MRC de Portneuf. M. Grandbois est toujours disponible pour représenter l’UPA et enthousiaste à l’idée d’aider son prochain. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’il est responsable de l’accueil des nouveaux producteurs.

 

CAPITALE-NATIONALE–CÔTE-NORD

Sylvain Trottier

« J’ai à cœur la valorisation de l’agriculture et l’avenir de la relève agricole. »

Sylvain Trottier

M. Sylvain Trottier s’est d’abord impliqué auprès de la relève agricole dans le début des années 90. Il a poursuivi son implication au sein du syndicat de base de Portneuf-Ouest. Il a défendu les intérêts des producteurs agricoles de son territoire avec ferveur et détermination. Au niveau des spécialités, il a été pendant longtemps délégué pour les producteurs de lait. Il est devenu par la suite administrateur au sein du conseil d’administration des Producteurs de lait de la Capitale-Nationale-Côte-Nord. Sa source de motivation est de s’assurer que les préoccupations des producteurs laitiers de son secteur soient entendues et considérées. Il cherche constamment à améliorer l’organisation et le plan conjoint afin que ceux-ci répondent le mieux possible aux besoins des producteurs laitiers.

 

 CENTRE-DU-QUÉBEC

Maryse Bergeron

« On embarque, on s’implique et ça devient une passion! »

Maryse Bergeron

Impliquée d’abord au Syndicat des agricultrices à Québec, Maryse sera administratrice, puis vice-présidente et finalement présidente. Après qu’elle ait manifesté son désir de siéger à son syndicat local, un poste de représentante des agricultrices est créé, permettant ainsi à Maryse de constater son intérêt grandissant pour son syndicat local, la menant jusqu’à la présidence du Syndicat Centre-Rivière-Bécancour. À la suite de la restructuration en 2013-2014, Maryse rejoint le Centre-du-Québec et devient présidente du nouveau Syndicat de L’Érable, un poste qu’elle occupe jusqu’en janvier 2017. Pour Maryse Bergeron, le développement de l’agriculture et du milieu agricole est prioritaire. En ce sens, elle collabore aux travaux du Comité d’aménagement régional et du Comité PDZA de la MRC. La formation agricole est également essentielle : elle s’implique d’ailleurs depuis plusieurs années au Collectif régional en formation agricole dont elle assume actuellement la présidence.

 

CENTRE-DU-QUÉBEC

Jean Landry

« L’implication est une fierté et une source de motivation. »

Jean Landry

Dès 1990, associé avec ses parents dans l’entreprise laitière, Jean suit les traces de son père en s’impliquant d’abord dans le secteur coopératif. En 1993, il s’implique en tant qu’administrateur du syndicat local de Saint-Grégoire, puis comme membre de l’exécutif. On lui confiera notamment la vie syndicale et il travaillera à certains projets de protection des berges. Jean est apprécié de ses collègues pour son écoute et sa disponibilité. En 2013, en l’absence d’une relève, Jean délaissera le secteur laitier et poursuivra ses activités comme producteur de grains. Il maintient son implication, tant à l’UPA qu’au niveau coopératif et même dans le milieu scolaire où il est président du conseil d’établissement de l’École d’agriculture de Nicolet.

 

 CHAUDIÈRE-APPALACHES

Réal Beaumont

« Nous avons besoin d’être unis : c’est important pour notre survie! »

Réal Beaumont

C’est en 1993 que M. Réal Beaumont, producteur laitier et acéricole de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud a commencé son implication au sein l’ancien syndicat de base des Fermiers de Montmagny. De 1993 à 1995, il représentait les agriculteurs à un comité consultatif de la Sûreté du Québec.

M. Beaumont est particulièrement fier d’avoir participé comme bénévole à plusieurs portes ouvertes de son secteur, contribuant ainsi au rayonnement de l’agriculture dans la région. Maintenant administrateur au sein du Syndicat de l’UPA de la MRC de Montmagny, M. Beaumont affirme avec humilité donner le temps qu’il peut, étant pratiquement seul à travailler sur son entreprise.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Luce Bisson

« La relève agricole et notre territoire agricole sont les deux richesses qui m’animent depuis toujours. »

Luce Bisson

Mme Luce Bisson de Sainte-Sabine s’est d’abord impliquée en 1987, comme secrétaire de son groupe de relève et, de fil en aiguille, a gravi les échelons en passant par la présidence de son association régionale de relève agricole, de l’ancien syndicat de base du Haut de Bellechasse, première présidente du réseau Agriconseils, membre de l’exécutif de la Confédération, ainsi qu’administratrice du Fonds de défense professionnelle.

Mme Bisson est surtout connue pour avoir présidé la Fédération de l’UPA de Lévis-Bellechasse de 2004 à 2013, jusqu’à la création de la Fédération de la Chaudière-Appalaches. Elle continue de siéger au syndicat local des Etchemins, considérant cette implication comme sa préretraite syndicale. L’une de ses principales motivations est d’interagir avec les acteurs locaux pour constamment mettre en lumière l’importance de l’agriculture dans Les Etchemins.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Michel Côté

« Après toutes ces années comme représentant des producteurs, je suis toujours un syndicaliste dans l’âme! »

Michel Côté

M. Michel Côté est propriétaire forestier depuis 1977 et produit du bois sur ses lots chaque année. En 1992, il a été nommé administrateur au Syndicat des propriétaires forestiers de la région de Québec (SPFRQ), pour le secteur de Bellechasse. C’est certainement parce qu’il a toujours eu à cœur l’intérêt et la défense des producteurs. Il siège également au Syndicat de l’UPA des Etchemins.

Depuis 2015, il est le 2e vice-président du SPFRQ et participe aux négociations avec la compagnie Kruger. Jamais il n’aurait pensé conclure le tout dernier contrat de 4 pieds résineux!

Lorsqu’il regarde en avant, il est convaincu que la jeune relève saura prendre sa place pour remplacer ceux qui ont à cœur la cause des propriétaires forestiers.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Bruno Cyr

« Même dans un monde devenu plus individualiste, l’Union doit poursuivre sa mission de rassembler et de travailler au nom de la collectivité. »

Bruno Cyr

M. Bruno Cyr de Saint-Elzéar s’est impliqué dans l’ancien Syndicat de l’UPA de Beauce-Nord dès 1992, pour en devenir président de 1995 à 2001. De 2001 à 2005, il fut 1er vice-président de l’ancienne Fédération de l’UPA de la Beauce. À l’époque, les dossiers environnementaux, dont la mise en place des Plans agroenvironnementaux de fertilisation, étaient un enjeu majeur.

En 2009, il devient administrateur des Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud puis président, poste qu’il occupe depuis 2014. Il a fait partie du convoi de tracteurs visant à dénoncer les importations américaines de lait diafiltré qui, en 2016, a pris la route en partance de Québec vers Ottawa.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Bertrand Gagné

« Les producteurs forment une grande famille et ont tous des intérêts en commun : ils doivent rester unis. »

Bertrand Gagné

Producteur laitier et acéricole de Saint-Pierre-de-Broughton, M. Bertrand Gagné s’est impliqué à compter de 1992 dans l’ancien syndicat de base de Canton-Broughton dont il devint président en 2004, pour devenir depuis 2013 président du Syndicat de l’UPA des Appalaches.

Depuis 2007, il est également impliqué au sein du Syndicat des producteurs de bovins de la Beauce, devenu les Producteurs de bovins de la Chaudière-Appalaches-Sud. Une meilleure capacité d’abattage pour le Québec dans cette production fait toujours partie de ses espoirs.

Pour M. Gagné, les améliorations dans les productions laitières et acéricoles ces dernières décennies font également partie des raisons qui font que l’Union fait la force.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Yvan Lessard

« S’impliquer dans l’Union permet de mieux en comprendre l’importance, la force et tout le travail qui y est accompli. »

Yvan Lessard

Yvan Lessard, Saint-Anselme, s’est d’abord impliqué comme administrateur au sein du syndicat de la relève en 1988. De 1989 à 1994, il représentera la relève au Syndicat de Dorchester Nord, ainsi que le syndicat de relève Jagribec au sein de la Fédération de la relève agricole du Québec. En 1997, Yvan décide de s’impliquer comme administrateur au syndicat de base de Dorchester Nord et en devient le président de 2011 à 2013. Il fut également président du syndicat local de Dorchester de 2015 à 2018. Yvan Lessard a fait partie du groupe qui a remporté le prix Jean-Paul-Raymond en 2011, pour le projet De la diversité dans le rang St-Olivier. Depuis trois ans, il siège au comité régional chargé d’organiser des activités de prévention Sécurijour dans la région. Il s’est grandement impliqué dans la tenue de plusieurs journées Portes ouvertes sur les fermes du Québec.

 

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Jean-Denis Morin

« Si les producteurs sont capables de tirer leur épingle du jeu, c’est parce qu’ils le font collectivement. »

Jean-Denis Morin

D’abord membre du Comité de mise en marché des bouvillons d’abattage, M. Jean-Denis Morin de Saint-Martin s’est ensuite impliqué dans l’ancien Syndicat de l’UPA de Jaro, à compter de 1992. Il a contribué à présenter le premier Colloque régional sur la production bovine au milieu des années 90. En 1995, il devient 2e vice-président de la Fédération de l’UPA de la Beauce, puis président de 2001 à 2011. Les dossiers environnementaux, la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine et la crise financière de 2008 furent des dossiers importants dans lesquels ont été investies beaucoup d’énergies. En invitant l’ancien président de la Confédération, M. Laurent Pellerin, à une porte ouverte dans la région au début des années 2000, il sera une source d’inspiration pour l’Union qui décidera de faire de même à l’échelle provinciale, contribuant ainsi à l’instauration de la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec.

 

ESTRIE

André Campeau

« Mon engagement dans l’Union est motivé par ma détermination à obtenir l’équité entre tous les producteurs. »

André Campeau

En 1992, M. André Campeau s’implique comme administrateur au Syndicat de Frontenac en Beauce, puis au moment de la fusion, il poursuit son engagement en Estrie. De 1994 à 2013, il occupe tour à tour les postes d’administrateur, de vice-président et de président du Syndicat des producteurs de lait de la Beauce, où plusieurs se souviennent de sa contribution. En plus de ces engagements, il est aussi producteur acéricole et vice-président du syndicat. M. Campeau n’hésite pas à intervenir pour apporter de nouvelles propositions. Il est reconnu comme un visionnaire; en 1999, il réussit à mobiliser toutes les ressources inimaginables pour fonder la première Maison familiale rurale (MFR) du Québec à Saint-Romain. Ayant à cœur la formation de la relève agricole et le dynamisme des communautés rurales, il mérite grandement le titre de Monsieur MFR.

 

ESTRIE

Serge Lapointe

« Toujours aller voir en haut comment ça se passe. »

Serge Lapointe

Serge Lapointe a consacré plus de la moitié de sa vie à s’assurer de la prospérité de la relève agricole et à défendre les droits des agriculteurs afin de protéger et de développer l’agriculture. Serge Lapointe a su laisser sa trace auprès de la relève agricole en étant président de Grani-Jeunes de 1994 à 1998, de la Fédération de la relève agricole du Québec de 1998 à 2002, de la Table pancanadienne de la relève agricole de 2002 à 2003 et du groupe de la relève agricole Jabribec de 2002 à 2008. Depuis, il est fortement impliqué au sein du Syndicat de l’UPA de Frontenac et de la Fédération de l’UPA-Estrie pour que les intérêts des producteurs agricoles soient entendus et pris en compte.

 

ESTRIE

Douglas Morrison

« L’important c’est de faire évoluer les dossiers, et c’est en s’impliquant qu’on y parvient. »

Douglas Morrison

Cela fait déjà plus de 25 années que Douglas Morrison s’implique dans l’Union. D’abord comme administrateur au Syndicat des producteurs anglophones puis, en 1993, au Syndicat des producteurs de lait. Toujours prêt à investir de son temps pour l’avancement des dossiers, il occupe depuis 2014 le poste de deuxième vice-président des Producteurs de lait de l’Estrie. Son engagement est sans bornes, il représente même les Producteurs de lait du Québec à des rencontres en Ontario et à Terre-Neuve. De plus, depuis septembre 2012, il est administrateur au Syndicat local de l’UPA du Val-Saint-François et de Sherbrooke. Ses connaissances des dossiers et son implication font de lui un homme très apprécié de tous ceux et celles qui le côtoient.

 

GASPÉSIE – LES ÎLES

Guy Gallant

« Le syndicalisme agricole a toujours été, dans ma famille, un carburant pour l’implication dans les milieux ruraux. »

Guy Gallant

Agronome et pédagogue de formation, Guy Gallant peut être considéré comme un homme-orchestre. Il a hérité de son père le goût de s’impliquer dans sa communauté. En prenant la relève de l’entreprise familiale, il a été à la fois administrateur de son syndicat local, du Syndicat des producteurs de lait et du Syndicat des producteurs de bovins de la Gaspésie – les Îles. Tout cela en étant producteur, enseignant, maire et préfet. Il a assuré la présidence des producteurs de bovins de la Gaspésie, et par la suite la vice-présidence des producteurs des bovins quelques années.

 

GASPÉSIE – LES ÎLES

René Gauthier

« Mon implication m’a permis de développer le goût du travail collectif. »

René Gauthier

Monsieur Gauthier est impliqué depuis de nombreuses années au sein de son syndicat local. Producteur d’Agneaux et de bovins, il a toujours cherché à travailler en collaboration avec d’autres producteurs. Tout en demeurant administrateur de son syndicat local, il est devenu administrateur au syndicat des producteurs de bovins de la Gaspésie – Les Îles. Il est membre du groupe Bœuf Gaspésie. Il prépare une relève pour assurer la continuité de son entreprise. Monsieur Gauthier est un fier représentant de la Haute-Gaspésie.

 

 LANAUDIÈRE

Gilles Brisson

« Le syndicalisme, c’est un peu comme à l’intérieur d’une famille, il faut parfois longuement parlementer pour bien se faire comprendre et défendre les intérêts de notre secteur de production. »

Gilles Brisson

Arrivé au sein du conseil d’administration du syndicat régional des Producteurs de grains en 1983, marqué par un temps d’arrêt en 1987 et d’un retour en 1995, Gilles occupe depuis 2003 la présidence du syndicat régional et siège au conseil exécutif des Producteurs de grains du Québec depuis 2012.

Habile gestionnaire, visionnaire reconnu par ses pairs et son analyse critique des grands enjeux reliés au secteur des grains et de l’agriculture en général constituent des contributions au syndicalisme qui ne peuvent que permettre de favoriser l’avancement et la reconnaissance de la classe agricole.

 

LANAUDIÈRE

Marcel Coutu

« La passion de mon métier m’a naturellement poussé à m’impliquer. Ainsi, on se tient informé et on peut aider ses pairs. »

Marcel Coutu

Les débuts de Marcel en agriculture se sont faits en compagnie de sa conjointe, Annette Coutu, en 1967. Autrefois producteur de lait, Marcel Coutu a par la suite cultivé des pommes de terre, des céréales et aujourd’hui, il exploite toujours une petite sucrerie familiale. Il est devenu administrateur au sein du Syndicat des producteurs de pommes de terre en 1983 pour en être le président de 1988 jusqu’en 1994. Il a ensuite siégé au conseil exécutif du Syndicat spécialisé jusqu’en 1998. En parallèle, Marcel a été nommé administrateur du syndicat local Lanaudière en 1992 et en a assumé la présidence en 1997 et en 1998. Depuis 2015, il est 2e vice-président de son syndicat local. Il a également siégé à la Fédération régionale de 1988 à 1994 en tant que représentant des pommes de terre et de 1997 à 1998 en tant que président du syndicat local.

 

LANAUDIÈRE

Michel Forget

« C’est dans sa façon de recevoir les idées que le groupe trouve sa force et sa pérennité. »

Michel Forget

Échappé de la région du Bas-St-Laurent, Michel constitue un atout syndical pour la région Lanaudière, il est administrateur du syndicat régional des Producteurs de grains depuis 1993, il en assume la vice-présidence depuis 2003 et, à ce titre, il a siégé au conseil d’administration des Producteurs de grains du Québec jusqu’en 2013. Il s’implique également dans son syndicat local depuis 1992 et représente le secteur des grains au sein de la Fédération régionale depuis 2011.

Doté d’une expertise et d’une ouverture d’esprit non contestables dont bénéficient grandement les différentes instances syndicales, Michel constitue un rouage de première ligne dans l’identification des pistes de solution face aux divers enjeux auxquels l’agriculture est confrontée; la protection des activités agricoles dans le secteur du Lac St-Pierre est un bel exemple de l’implication de Michel dans la défense des intérêts des producteurs agricoles.

 

LANAUDIÈRE

Cécile Gadoury-Girard

« En s’impliquant, on partage nos expériences et avec l’esprit de groupe, on reçoit toujours plus que l’on donne! »

Cécile Girard

Mme Girard a débuté à la fin des années 80 comme administratrice, puis ensuite comme présidente des Agricultrices de Lanaudière. De 1990 à 1991, elle est 2e vice-présidente de la fédération régionale.

Elle qui avait démarré en production bovine, puis qui s’est établie en production laitière, elle s’implique au Syndicat des producteurs de lait de Lanaudière, de 1994 à 1997. Depuis 1994, elle représente avec intérêt les producteurs de St-Félix-de-Valois à son syndicat local UPA Nord.

En agriculture depuis plus de 35 ans, principalement en production laitière, mais maintenant en grandes cultures et acériculture, Mme Girard est une femme dévouée et très impliquée. Présidente du Syndicat de gestion des Bonnes Terres en 1995-1996, elle a reçu, en 2013, le Prix Pierrette-Rivest pour son implication au développement des services-conseils.

 

LANAUDIÈRE

Louis-Charles Parent

« Lorsqu’on allume un feu pour les autres, tu éclaires aussi ton propre chemin. »

Louis-Charles Parent

Ardent défenseur des droits des producteurs agricoles, Louis-Charles a été recruté en tant qu’administrateur du syndicat local Kildare Lanaudière en 1993. Depuis 2013, il occupe également un poste d’administrateur aux Producteurs de bovins de la région.

Producteur de lait et de grains, il exploite également une cabane à sucre avec ses deux sœurs depuis 1985 à Saint-Ambroise de Kildare. Son implication dans l’organisation et sa connaissance des dossiers apportent de franches discussions et de bonnes réflexions.

 

LANAUDIÈRE

Stéphane Roy

« L’Union fait la force! »

Stéphane Roy

Stéphane siège au sein du Comité régional des producteurs maraîchers de Lanaudière depuis 1993. Il a occupé la vice-présidence (1re et 2e) de 2002 à 2013. Il a également représenté le secteur maraîcher au sein de son syndicat local de 1995 à 2010.

Toujours à l’affût de nouvelles idées, Stéphane aime échanger avec les producteurs tant du secteur maraîcher que d’autres productions.

Stéphane est très impliqué dans différents comités pour défendre et faire avancer le secteur maraîcher, et il s’investit particulièrement pour le dossier des eaux de lavage.

Pour lui, aider ses confrères de l’industrie est très valorisant.

 

MAURICIE

André Auger

« Faire avancer la production porcine, c’est ce qui motive mon implication. »

André Auger

En 1978, André entreprend une carrière en production porcine, sa maternité comprend 70 truies, une pouponnière et un engraissement servant d’élevage de truies hybrides. Les Élevages Auger ont vendu, jusqu’en 2012, des animaux de reproduction partout à travers le monde. Ayant fait ses classes au sein de son syndicat de base, André s’implique maintenant, depuis plus de 15 ans, au sein des Éleveurs de porcs de la Mauricie. Il a siégé pendant bon nombre d’années au sein des Éleveurs de Porcs du Québec, dont plusieurs à l’exécutif. Il est également vice-président de la Société des Éleveurs de porc du Québec et administrateurs au sein de l’Association Canadienne des éleveurs de porcs de race du Canada. Encore aujourd’hui, André est très actif au sein du syndicat local de Maskinongé en plus d’être membre de l’exécutif de la Fédération de l’UPA de la Mauricie.

Enfin, nous ne pourrions passer sous silence ses nombreuses implications dans l’univers agricole mauricien notamment en tant qu’administrateur de l’Expo de Trois-Rivières et récemment à titre de président du Festival de la Galette de Sarrasin de Louiseville.

 

MONTÉRÉGIE

Marcel Brais

« Je n’empêcherai jamais l’agriculture d’avancer. »

Marcel Brais

Marcel Brais commence son implication au sein de son syndicat de base Des Frontières comme administrateur en 1976 et y poursuit son implication jusqu’en 1990. Ses autres implications telles que les présidences du Club Holstein de Saint-Jean et celle de son Club Optimiste occupent beaucoup de son temps; ce qui ne l’empêche pas de revenir en 1994 au syndicat de base Des Frontières comme représentant de la spécialité du lait, un poste qu’il occupera jusqu’en 2015. Lorsqu’il quitte la production laitière pour devenir producteur de grains et de bovins de boucherie, il demeure administrateur représentant le territoire de Dunham au syndicat alors nommé Brome-Missisquoi. Après toutes ses années d’implication, Marcel Brais est toujours aussi assidu aux réunions du syndicat local dans le but avoué de se tenir informé des défis auxquels les producteurs font face.

 

MONTÉRÉGIE

Sylvain Hamelin

« Persévérance, telle est la première vertu de l’agriculteur. »

Sylvain Hamelin

À ses débuts, M. Hamelin a fait partie du syndicat de base de Saint-Rémi. Pendant 25 ans il a défendu les intérêts des producteurs et trouvait très intéressant de rencontrer des producteurs agricoles œuvrant dans diverses cultures. Sylvain a contribué à l’avancement de différents dossiers afin de trouver un consensus aux demandes des producteurs. Par la suite, il y a eu la fusion des syndicats régionaux. Sylvain est également membre du Comité consultatif agricole de sa MRC où lui et ses collègues font de leur mieux pour défendre les intérêts de chaque producteur. Éleveur de porcs depuis 30 ans dans la municipalité de Saint-Michel, Sylvain Hamelin est très fier de son accomplissement.

 

MONTÉRÉGIE

Claude Lapointe

« Je crois en la force d’un groupe. Les échanges entre les élus et surtout les producteurs me permettent de retirer une meilleure connaissance des besoins agricoles, d’exprimer mes idées et de défendre l’agriculture. »

Claude Lapointe

M. Claude Lapointe, agriculteur d’Upton en Montérégie, a commencé son implication au Groupe conseil agricole Delorme, à la Fédération des groupes conseils agricoles du Québec ainsi qu’au réseau Agriconseils de la Montérégie-Est, dont il a occupé la présidence pendant 5 ans. C’est en 2009 qu’il s’implique au sein des conseils d’administration des producteurs de bovins de Saint-Hyacinthe et de son syndicat local de l’UPA de la Rivière Noire, dont il devient le président. En 2011, M. Lapointe intègre le comité exécutif de la Fédération de l’UPA de la Montérégie et occupe le poste de 2e vice-président depuis 2016. Son engagement dans la région a grandement fait avancer les dossiers de la formation et de la santé psychologique.

Producteur laitier, acéricole et de grains, Claude Lapointe est propriétaire, avec son frère, d’une ferme familiale de 4e génération qui, en 2010, a relevé le défi de l’intégration de la relève. En effet, son fils et sa nièce sont partenaires de l’entreprise ce qui représente pour lui l’une de ses plus belles réussites.

 

MONTÉRÉGIE

Thérèse Ménard Monty

« Mon implication m’a permis de côtoyer des gens de passion tout en contribuant à défendre notre agriculture pour une relève passionnée et forte. C’est l’implication de chacun qui fait la force de l’UPA! »

Thérèse Ménard Monty

Madame Ménard Monty possède un long parcours au sein des instances de l’UPA. Productrice de porcs et de grains à Sainte-Sabine depuis 1979 et affectueusement surnommée « Madame UPA » par ses pairs, elle s’implique d’abord comme secrétaire du premier syndicat de gestion, spécialisé dans la production porcine, le SGAPPHY. Elle s’implique ensuite auprès des Agricultrices de Saint-Hyacinthe comme trésorière, ce qui lui permet de mettre un pied dans son syndicat de base Des Rivières dont elle devient présidente en 1998, poste qu’elle occupe jusqu’en 2011 pour ensuite devenir administratrice de Brome-Missisquoi. Actuellement deuxième vice-présidente du Syndicat de l’UPA de Brome-Missisquoi, elle possède un pedigree d’implications qui démontre tout son amour pour l’agriculture et les gens de passion qui l’animent. On peut souligner son titre d’ambassadrice pour l’UPA, de membre du CLD Brome-Missisquoi et de membre fondateur de la Coopérative de Solidarité de la rivière aux Brochets. Elle siégea aussi au comité agricole de la MRC Brome-Missisquoi pour travailler, notamment, sur le schéma d’aménagement et les îlots déstructurés et le PDZA, au comité du bassin versant de la baie Missisquoi, au Comité consultatif agricole de la MRC et poursuit son implication comme Sentinelle.

Elle et son mari voient actuellement à transférer l’entreprise à la relève.

 

MONTÉRÉGIE

Claude Monière

« Quand on s’implique, on travaille davantage pour l’ensemble que pour soi-même! »

Claude Monière

Claude Monière a été administrateur au syndicat de base de Sainte-Martine pendant de nombreuses années dont cinq ans à titre de vice-président. Par la suite, il a continué à s’impliquer comme administrateur au Syndicat de l’UPA de Beauharnois-Salaberry. M. Monière a aussi siégé dix ans en tant que conseiller à la municipalité de Saint-Urbain-Premier et a été administrateur à Promutuel Assurance pendant 25 ans. Il a vendu sa production laitière il y a deux ans, mais il demeure toujours producteur de grains, acéricole et de conserverie. Claude et son fils, qui a toujours été présent sur la ferme, sont actuellement en processus de transfert d’entreprise.

 

MONTÉRÉGIE

Pierre Paré

« Mon implication m’a permis de participer à l’avancement des dossiers de mon syndicat local et, pour moi, elle est synonyme d’engagement et de responsabilités. »

Pierre Paré

Pierre Paré est producteur de grains, de semences et de porcs à Saint-Hélène-de-Bagot en Montérégie. Il a fait ses débuts en vie syndicale dans les années 90 alors qu’il siégeait au comité consultatif agricole de la MRC des Maskoutains où il a participé à la négociation de règlements de contrôles intérimaires. Par la suite, il s’est impliqué plus activement en devenant président du syndicat de base Maska puis a participé à la création de l’UPA du futur. Il est administrateur au syndicat local Maskoutains Nord-Est depuis 2012 et pour les producteurs de semences depuis 4 ans. Il est également conseiller municipal depuis un an.

 

MONTÉRÉGIE

Sylvain Pion

« J’ai toujours aimé représenter les producteurs de grains, transmettre l’information et, par le fait même, être plus à jour dans l’actualité agronomique et réglementaire. »

Sylvain Pion

D’abord administrateur du Syndicat de gestion du lac Champlain de 1986 à 1989, Sylvain Pion rejoint le Syndicat des producteurs de cultures commerciales de Saint-Hyacinthe et de l’Estrie en 1997. Parallèlement, il s’implique au sein du syndicat de base Des Frontières.

En 2005, il devient vice-président de son syndicat spécialisé régional maintenant connu sous le nom de Producteurs de grains Montérégie Sud-Est. Il est élu président en 2008, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.

Membre du comité exécutif des Producteurs de grains du Québec (PGQ) depuis 2011, M. Pion est actuellement 1er vice-président de l’organisation. Il est également membre du conseil d’administration du CÉROM et siège à plusieurs groupes de travail, dont divers comités internes des PGQ, le Comité grandes cultures du CRAAQ et la Commission chimie et fertilité des sols.

 

MONTÉRÉGIE

Robert Wynands

« Depuis 25 ans, je crois fermement que notre production a progressé grâce à l’engagement de ses membres dans les différents comités qui collaborent à administrer et à faire évoluer la production de veau au Québec. »

Robert Wynands

Robert Wynands est producteur de veaux de grain et de grandes cultures depuis 1987. Il s’implique dans la production de veaux de grain sur la scène régionale, provinciale et fédérale. M. Wynands est administrateur depuis 1994 au Syndicat des producteurs de bovins de Saint-Jean-Valleyfield, maintenant le Syndicat des producteurs de bovins de la Montérégie-Ouest. Il est aussi représentant pour la région au Comité de mise en marché des veaux de grain depuis plus de 20 ans. Au niveau canadien, il a présidé le comité de révision du Guide de bonnes pratiques des veaux lourds et il est président de l’Association canadienne du veau depuis 3 ans.

 

OUTAOUAIS-LAURENTIDES

John McCart

« Être administrateur de l’UPA c’est s’adapter sans cesse aux changements Il y a 25 ans on se battait sans relâche pour défendre les producteurs et dans 25 ans il faudra encore le faire. »

John McCart

John McCart est respecté et reconnu pour ses grands talents de rassembleur des communautés francophones et anglophones. D’abord président du Syndicat d’Argenteuil anglais, il a participé à la réunification des syndicats anglophone et francophone de ce territoire et en est toujours le président. Il milite également au sein de la Quebec Farmer’ Association, dont il est actuellement le président. Fortement impliqué dans plusieurs organisations agricoles, il contribue activement depuis 25 ans à faire rayonner l’agriculture et le travail des producteurs. La santé et la prévention des accidents en milieu agricole lui tiennent à cœur et il travaille ardemment à en faire la promotion. Son implication à ce niveau aura probablement contribué à sauver des vies.

 

 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN

Nicole Lalancette

« Je n’ai pas peur de donner mon opinion, sinon qui le fera à ma place? »

Nicole Lalancette

C’est en 1992 que Mme Nicole Lalancette fait son entrée au sein du monde agricole, en s’impliquant chez les Agricultrices du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle est une fière productrice de lait et de bleuets du Lac-Saint-Jean. De plus, elle siège autour de la table de son syndicat local de l’UPA Maria-Chapdelaine, en plus d’y tenir la comptabilité. Depuis cette date, elle n’a cessé de mettre en valeur le rôle primordial que jouent les femmes dans le monde agricole et d’assurer leur visibilité dans toutes les activités de la région.

Très impliquée au sein de l’UPA DI, elle souhaite transférer le plus de connaissances acquises. Nicole s’applique à mettre son grain de sel dans le monde agricole.